La Folie


Elle, Elle, Elle, Elle, Elle, Elle, Elle, Elle, Elle, Elle !!!

Voici la dernière des 10 premières allégories réalisées en 2011.

C’est une mise en scène assez fataliste de La Folie.

Une femme angoissante et hautaine se tient debout à côté d’une cheminée d’où sort une tète hurlante. Elle semble retenir prisonnière une jeune fille terrifiée dans une pièce ou des actes violents ont eu lieu.
Cette mise en scène angoissante explore l’esprit de la Folle. Elle est terrée en elle même, dans un mauvais refuge et s’est battue contre sa propre imagination. Cette sombre jeune femme qui la soumet n’est qu’une hallucination, la projection de sa paranoïa. En acceptant un combat mental qu’elle transpose dans le réel, ne sachant plus faire la différence entre le monde palpable et ses illusions, la fillette s’emprisonne elle même et s’extirpe du monde, dans lequel seule la peur de l’autre, d’elle même, existe.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “La Folie